La talentueuse collaboration d’Ovidie et Diglee

Note : 5 sur 5.

La semaine dernière, je plongeais dans la bande dessinée écrite par Ovidie et illustrée par Diglee, publiée en 2017 aux éditions Delcourt. Comment ai-je découvert cette BD ? Tout simplement par Diglee. Vous connaissez mon amour pour ses dessins, son humour et son engagement pour la cause de la femme, et notamment de la femme artiste (si ce n’est pas le cas, je vous invite à lire mes précédents articles concernant ses livres) !

« La seule certitude qu’il nous reste en matière de sexe : nous sommes les seules décisionnaires de ce que nous faisons de notre corps et rien ni personne ne devrait jamais nous dicter notre conduite. »

OVIDIE

Alors voilà, j’ai lu Libres ! Manifeste pour s’affranchir des diktats sexuels.
Mais qu’en ai-je pensé ? Qu’est-ce que cette lecture m’a apporté ?

Tout d’abord, parlons de cette autrice du nom d’Ovidie. Cette femme, qui a fait ses débuts dans les films X et qui proclamait une pensée féministe, a fini par réaliser des films sur la sexualité dans l’optique de libérer la femme et des documentaires pour informer sur certaines pratiques (voir « Rondes et Sexy », 2011). C’est une femme engagée, passionnée, qui n’a pas peur d’utiliser la plume, ses expériences et celles des autres pour défendre son opinion et faire bouger les choses.

(Photo prise par Quentin Petit pour Charente Libre.)

Mais alors, ce manifeste, c’est quoi ?
Ce sont 15 chapitres écrit par Ovidie, illustrés par Diglee sous forme de bande dessinée. 15 chapitres abordant des thématiques différentes avec beaucoup d’humour afin de désacraliser les moeurs sexuelles.
Ovidie analyse et ne généralise pas.
Ovidie dénonce, défend et décomplexe.

Cet anti-guide a pour but de déconstruire les idées reçues sur la sexualité et de mettre en avant une autre façon de voir les choses, que le discours actuel.
Mon avis ? FONCEZ !
C’est drôle, frais et bienveillant. C’est intelligent. De plus, même si j’ai appris beaucoup de choses avec cette BD, j’y ai retrouvé beaucoup de questionnements que j’avais pu soumettre à ma bande de copines. Chacune s’y retrouvera, j’en suis sûre.

Note : 5 sur 5.

Dans la foulée, j’ai également lu le récent ouvrage issu de la nouvelle collaboration d’Ovidie et de Diglee : Baiser après #metoo : Lettres à nos amants foireux.

« A l’heure de la libération de la parole, Ovidie choisit la forme épistolaire pour s’adresser aux hommes et revenir sur des situations anormales vécues par presque toutes les femmes. »

Ce roman graphique met en avant des situations délicates, à propos desquelles nombre de femmes n’ont jamais su comment réagir ou qui n’avaient pas conscience sur le moment que ce qu’il se passait n’était pas normal. Cette seconde collaboration fait écho à leur première, sous une nouvelle forme mais avec le même objectif : dénoncer, décomplexer, éduquer.

Ces deux bandes dessinées sont des ouvrages à lire, à faire lire, afin que ce message se répande et qu’une renégociation, qu’une redistribution des cartes à propos de la place de chacun dans les rapports sexuels soit entamée.

Bonne lecture !

Publié par Ilôt lecture

Etudiante en histoire de l'art à Paris, aime lire et souhaite partager ses découvertes.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

Créez votre site Web avec WordPress.com
Commencer
%d blogueurs aiment cette page :