Une critique sociale sur « l’amour de l’Art »

Parce que l’amour de l’art n’est pas inné, Pierre Bourdieu et Alain Darbel conçoivent l’ouvrage « L’amour de l’art : les musées d’art européens et leur public » (1966), afin de démontrer que l’intérêt du public pour les expositions artistiques est une question d’éducation, provenant de notre environnement familial, mais surtout du système scolaire.

Ce livre exploite les trois thématiques suivantes :
1. les conditions sociales de la pratique culturelle, c’est-à-dire les raisons pour lesquelles certaines personnes vont ou ne vont pas, aiment ou n’aiment pas se rendre au musée ;
2. les oeuvres culturelles et dispositions cultivées, autrement dit la problématique de l’interprétation des oeuvres qui n’est accessible qu’à un public non profane ;
3. les lois de la diffusion culturelle, s’intéressant au côté médiatique et pédagogique des expositions et les publics ciblés.

Cette critique sociale n’est pas simple à lire, il y a beaucoup d’analyses et le détail des recherches. Il est très intéressant de voir la construction et tout le travail mené pour ce projet. Il est très appréciable de lire un propos illustré de données. Néanmoins, les propos de Pierre Bourdieu, qui est un sociologue connu et qui a une façon de penser bien à lui, sont à prendre avec du recul, notamment à propos des déterminismes sociaux.

« Le musée livre à tous, comme un héritage public, les monuments d’une splendeur passée, instrument de la glorification somptuaire des grands d’autrefois : libéralité factice, puisque l’entrée libre est aussi entrée facultative, réservée à ceux qui, dotés de la faculté de s’approprier les oeuvres , ont le privilège d’user de cette liberté et qui se trouvent par là légitimés dans leur privilège, c’est-à-dire dans la propriété des moyens de s’approprier les biens culturels ou, pour parler comme Max Weber, dans le monopole de la manipulation des biens de culture et des signes institutionnels du salut culturel. »

A. Bourdieu, l’amour de l’art, les musées d’art européens et leur public

Je vous recommande cette lecture si vous voulez vous informer sur les pratiques culturelles des années 1960-1970, toutefois, de nombreux ouvrages existent sur la démocratisation des musées, mettant ainsi en avant les nombreux changements qu’il y a eu depuis la première édition de « L’amour de l’art ».

Bonne lecture.

Publié par Ilôt lecture

Etudiante en histoire de l'art à Paris, aime lire et souhaite partager ses découvertes.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

Créez votre site Web avec WordPress.com
Commencer
%d blogueurs aiment cette page :